Le commerce, l’éthique et le brainwashing

Depuis le début de notre marque, nous développons notre distribution et encourageons les responsables des magasins ou des rayons à référencer Fun’Ethic dans leur linéaire. commerce éthique
Pour proposer l’intégralité de notre gamme à leurs clientes, le magasin doit mettre à notre disposition 55 centimètres de linéaires … un tout petit effort. Une toute petite place pour notre petite marque avec des cosmétiques de grande qualité !

Ce n’est pas facile car la concurrence est rude mais normalement, on pourrait se dire qu’il y a de la place pour tout le monde et que chacune des marques doit s’attacher à convaincre les consommatrices de manière fair-play par la qualité et le prix.
La compétition saine fait progresser tout le monde et au final, la consommatrice est la gagnante.

Mais voilà, dans la vraie vie, les choses ne se passent pas forcément ainsi.
Lisez plutôt :

A la fin de l’année 2014, un magasin de Truchtersheim, dans le Bas-Rhin (67), d’où la gamme Fun’Ethic a disparu.
Et le scénario se répète début 2016 dans un autre magasin de Maxéville en Meurthe-et-Moselle (54).

Pourquoi ? Parce que l’un de nos concurrents, ayant besoin d’encore plus de place, a proposé à la responsable du rayon cosmétique de racheter le stock des produits Fun’Ethic. Et malheureusement, la responsable du rayon a accepté…

Cette société qui nous pousse en dehors du magasin n’est pas la première venue. Il s’agit de l’acteur N°1 de cosmétique bio en supermarché.
Avec ses différentes marques, dont la principale se présente de manière « tellement bio / éthique », elle dispose en moyenne de 5 à 10 fois plus de mètres linaires que Fun’Ethic.

Pourquoi ? Tout simplement, pour écarter un concurrent au niveau local. Mais Fun’Ethic ne représente aucun risque à court ou moyen terme pour cette entreprise et ses marques. C’est David face à Goliath.

Et pourtant, cette entreprise dispose d’un comité éthique et affiche des valeurs louables.
Dans le cas présent, l’action du terrain diverge de ce qu’affirme la direction. Nous avons d’ailleurs informé cette dernière, pour le cas où elle ne serait pas au courant. Car franchement, cette entreprise n’a pas besoin de se rabaisser à de telles pratiques.

En effet, l’éthique affichée ne vaut que si elle se reconnait et vérifie dans l’action. Dans les autres cas, cela s’apparente à du… brainwashing.

Tout cela ne nous détournera pas de nos valeurs que sont le respect et la transparence.

Et vous, que pensez-vous de ce type de comportements ?

Shares 0

9 commentaires sur “Le commerce, l’éthique et le brainwashing

  1. Bonjour,

    L’étalon or de la distribution : Le mètre linéaire !

    La pression est forte sur les responsables de rayons et le CA prime sur toutes autres considérations.
    Il existe pourtant un endroit où le bien être de la consommatrice est l’étalon or…ici, dans le monde digital.

    Les grandes marques sont aussi hyper présente mais c’est un monde au parfois (souvent) Goliath se fait botter les fesses par David.

    Ne lâchez rien et continuer à penser à vos consommatrices.

    Belle journée à toutes et tous !

  2. Juste un mot, LAMENTABLE.
    Cette personne qui a racheté le stock, elle en fait quoi au juste ? J’aimerais bien savoir. Elle le jette ? Je suis à peu près certaine que dans ses valeurs elle a inscrit le mot « environnement », « déchet », « nature ». Ah crotte, c’est contre ses valeurs de jeter, quel gâchis…

  3. Je n’ai pas les mots pour de tels comportements. La loi devrait pouvoir les réprimander…
    Courage, vos consommatrices (bien que probablement moins nombreuses) savent vers qui se tourner.

    En parlant de tourner, je suis sûre que la roue n’est pas très loin. 😉

  4. Je trouve cela juste scandaleux, je vois de quel marque vous parlez et pour moi elle est tout sauf bio, comme je le dis souvent , c’est du bio de supermarché un peu comme le bio de supermarché quoi!!
    Les compos ne sont pas forcement au top du top et hormis en supermarché il n’arriverait pas à se vendre car dans les enseignes exclusivement bio, les gens regardent bien mieux les etiquettes!!
    Je trouve cette affaire scandaleuse, je vais la partager sur ma page facebook tellement j’en suis choquée!!!

    1. Bonjour Audrey,
      Merci pour votre commentaire et votre soutien ! La grande distribution n’est pas en cause et de nombreuses consommatrices n’ont pas l’habitude de fréquenter les magasins bio. Fun’Ethic a l’engagement de rendre la qualité premium bio accessible à tous, par le prix mais aussi le canal de distribution. La grande distribution reste le lieu le plus accessible pour acheter ses produits de cosmétique et nous tenons à y proposer nos soins bio aux compositions irréprochables 🙂
      Belle journée,
      Laura pour la Fun’Ethic Family

  5. C’est juste pitoyable … Rien d’autre à dire ! Longue vie à Fun Ethic et à toutes les petites marques locales qui restent VRAIMENT fidèles à leurs valeurs et leur éthique !! Merci pour tout ce que vous faites <3

  6. Cela ne m’étonne absolument pas… C’est à qui dégaine le plus d’euros malheureusement!
    Il faut se dire que finalement les points de vente ayant accepté ce type de pratique ne sont pas du tout qualitatif et ne représentent pas la vision que la marque a du monde…
    A vouloir absolument faire entrer le bio dans des enseignes non naturelles, c’est aussi s’exposer à un monde commercial beaucoup plus agressif….
    C’est un comportement commercial mais qui humainement est un total manque de respect. Je comprend votre déception mais cela arrivera encore! D’où le fait de mieux choisir encore ses points de vente 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *