Le cas de la crème solaire

Les beaux jours arrivent enfin ! L’hiver est derrière nous, place aux longues journées, aux tenues légères, aux sorties et dîners entre amis jusqu’au soir, aux vacances et au soleil ! Une bonne nouvelle pour le moral mais qui repose chaque année la question de la protection solaire.

 

 

  • Préparer sa peau au soleil

Les premières grandes expositions au soleil sont toujours laborieuses, notre peau n’étant pas encore habituée au soleil, il est fréquent que nous prenions des coups de soleil à ce moment-là. Or, il est possible de préparer sa peau au soleil pour qu’elle soit moins sensible.
L’une des meilleures solutions pour s’armer contre le soleil est de consommer des aliments riches en bêta-carotène comme les carottes, tomates, melons, abricots, pêches jaunes et poivrons.
Il existe également de nombreuses gélules dans le commerce riche en bêta-carotènes et licopène qui prépare la peau au soleil.
Il est aussi conseillé de s’hydrater, intérieurement comme extérieurement avant une première exposition au soleil. Les textures grasses sur la peau sont indispensables pour se protéger du soleil. Il n’est, par exemple, pas conseillé de faire une exfoliation ou un gommage le matin avant d’aller à la plage, le grain de peau sera trop affiné et donc moins enclins à se protéger.

 

 

  • Ne pas négliger l’indice de protection

Nombreuses sont les personnes qui pensent que mettre de la crème avec un indice de protection fort empêche de bronzer et donc choisissent volontairement un indice insuffisant. Or, il faut savoir que les indices plus faibles sont destinés aux peaux les plus mates et l’épaisseur de la couche de crème doit être importante sinon elle ne sera pas totalement efficace. Une bonne protection solaire ne doit pas trop se dégrader à la lumière et être anti UVB et UVA avec un rapport UVA/UVB ≤ 3. Une crème solaire n’empêchera pas la production de mélanine (pigment naturellement produit par la peau qui la protège du soleil, autrement dit, responsable du bronzage) mais protégera des rayons nocifs.
Mais attention, utiliser un indice de protection fort, ne signifie pas que l’on peut rester plus longtemps au soleil sans risque. Une étude a démontré que les personnes qui contractaient un cancer de la peau étaient celles qui appliquaient un indice 50 car, se croyant totalement protégées, elles restaient plus longtemps au soleil.

 

 

  • Vérifiez la composition de votre crème !

Les crèmes solaires conventionnelles : attention aux filtres synthétiques

De nombreuses polémiques existent concernant les crèmes solaires conventionnelles. Le plus dur étant de trouver une crème solaire adéquate. Les <crèmes solaires conventionnelles sont composées de filtres chimiques efficaces après une demie-heure et qui absorbent les rayons UV.
Ils contiennent des nanoparticules, qui permettent de faire pénétrer la crème rapidement sans texture grasse et blanchâtre. Cependant, certains filtres chimiques utilisés dans ces crèmes sont des perturbateurs endocriniens comme l’oxybenzone et benzophenone, l’ethylehxyl methoxycinnamate ou encore le 4-methylbenzylidene camphor. Ils ont un fort potentiel allergisant et un impact inquiétant sur le système hormonal. Il seraient, en l’occurrence, responsables de la baisse de fertilité dans les pays occidentaux et causeraient des troubles neuro-comportementaux. Mais le plus grand danger reste encore au stade embryonnaire et jusqu’à la petite enfance, même à des doses très faibles, peuvent survenir des malformations et des dysfonctionnements de l’appareil sexuel. Aujourd’hui, nous sommes conscients de l’impact des perturbateurs endocriniens sur le système hormonal bien que certains soient encore largement répandus, dont l’octocrylène. Les crèmes solaires ont également un fort potentiel cancérigène mais aussi des effets néfastes sur l’environnement. Elles polluent les océans et menacent les coraux, elles sont très mal évacuées par les stations d’épurations et se retrouvent dans les eaux potables.

Les filtres minéraux des crèmes solaires BIO

Les crèmes solaires certifiées biologiques sont composées de filtres minéraux qui réfléchissent les UV au lieu de les absorber. Ils sont principalement constitués d’oxyde de zinc et de dioxyde de titane.

 

L’oxyde de zinc n’est pas toxique pour l’être humain sauf s’il est avalé en très grande quantité. Il n’en reste pas moins qu’il est toxique pour l’environnement et les fonds marins.

Le dioxyde de titane est toxique pour l’homme dans certaines conditions. Il est classé par le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer) comme étant dans la catégorie 2B des substances susceptibles d’être cancérigènes. Mais le risque n’existe que par inhalation de grandes quantité sous forme de poudres.

 

Dans tous les cas, il vaut beaucoup mieux utiliser une crème solaire certifiée biologique car les ingrédients seront moins polluants et moins polémiques sur la santé.

 

Les nanoparticules on en parle ?

Il faut aussi se poser la question de la présence de nanoparticules dans les crèmes. Les filtres chimiques en contiennent, elles permettent un fini non-gras et non-blanchâtre. Néanmoins, les nanoparticules présentent des risques, comme son nom l’indique elles sont très petites, inférieures à un milliardième de mètres. Elles peuvent pénétrer l’organisme par voies respiratoires ou par les petites lésions de la peau, de plus elles pourraient aspirer d’autres substances et les emmener avec elles dans l’organisme. Leurs réactions à la lumière produisent des radicaux libres qui peuvent endommager l’ADN de la peau.

 

Crème Solaire

Les filtres minéraux ne contenaient, jusqu’alors pas de nanoparticules mais des microparticules. Aujourd’hui, les fabricants intègrent de plus en plus les nanoparticules pour permettre à la matière de s’étaler mieux, d’être moins grasse et blanchâtre. Les consommateurs peuvent être tout à fait au courant de la présence de nanoparticules dans leurs crèmes. Les fabricants ont l’obligation d’étiqueter leurs produits [nano] devant les ingrédients qui en contiennent.

 

Mais alors, que faire ? L’avantage d’une crème solaire est que l’on ne s’en applique pas toute l’année, uniquement lors de fortes expositions au soleil l’été. En moyenne, nous appliquons une forte dose de crèmes solaires 2 semaines dans l’année, ce qui nous préserve des méfaits de leurs composants.
Mais depuis quelques années, nombreuses sont les crèmes hydratantes ou BB crèmes qui contiennent des filtres UV, ces soins sont appliqués tous les jours et les risques sont augmentés !

 

 

  • Protection relative

Que la crème soit composée de filtres chimiques ou minéraux, il ne faut pas oublier que la crème solaire ne nous protège pas complètement du soleil. Avoir une attitude responsable est indispensable. Une exposition longue et répétée durant les heures où le soleil est le plus fort, peu importe l’indice de la crème, votre peau ne sera pas préservée à 100% des rayons UV. Ce type de comportement peut engendrer des coups de soleil, un vieillissement prématuré de la peau, des tâches voire un cancer de la peau. L’exposition excessive au soleil est donc proscrite. Le meilleur moyen de se protéger du soleil est de s’y exposer modérément, mettre de la crème solaire, un chapeau, éventuellement des vêtements anti-UV et maintenir une bonne hydratation.

 

 

  • Quelle crème solaire choisir ?

Nous l’avons vu, il vaut beaucoup mieux utiliser une crème solaire certifiée biologique car les ingrédients seront moins polluants et moins polémiques sur la santé.

 

Sur le site de la Slow Cosmétique, vous pouvez retrouver une sélection de crèmes et de soins solaires biologiques et recommandés par l’association Slow
Cosmétique :

1) Les soins solaires protecteurs : www.slow-cosmetique.com/visage/hydrater-et-proteger-le-visage/soins-solaires-visage

2) Tous les soins solaires, préparation au soleil comprise, ainsi qu’après-soleil : www.slow-cosmetique.com/corps/bronzage/soins-solaires-tous

 

 

Le soleil reste un indispensable à notre santé. Il a une fonction de régulation sur notre système endocrinien et c’est aussi en s’exposant que notre corps fabrique la vitamine D. Alors n’hésitez pas à en profiter !

2 commentaires sur “Le cas de la crème solaire

  1. Je me suis également penchée sur le sujet il y a peu et je suis sortie avec presque les mêmes conclusions que vous.
    Ce que j’ai retenu et ça me semble être le plus important, c’est qu’il faut choisir une bonne crème solaire et toujours s’exposer avec modération. Les filtres présents sur le marché, qu’ils soient chimiques ou minéraux ont tous des limites et même si l’indice affiché est haut, ça ne nous garantit pas u e protection maximale.

    Si ma reflexion vous interesse, vous la trouverez ici http://happy-pillz.com/la-protection-solaire-demystifiee-2/

    Merci pour cet article qui se veut pro-consommateur.

Répondre à Louna Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *