Interview de l’équipe Naïas Formation

Depuis le mois d’octobre, une équipe de 4 professionnelles gère la promotion des 3 vidéos #Elleapasfaitça de Fun’Ethic. Leur objectif ? Créer le Buzz autour de ces vidéos et ainsi faire connaître notre jolie marque au plus grand nombre.
Notre équipe de choc se compose d’Emmanuelle RIVEREAU, Roxana NUTA, Marie WALDT, & Soizic BERTHELOT !

A quelques jours de la fin du challenge, elles reviennent nous parler de leur travail pour mener ce projet à bien, mais aussi de leur vision du webmarketing.

logoT

 

 

 

 

Emmanuelle RIVEREAU :

Emmanuelle RIVEREAUQu’est ce qui t’a motivée à participer au Challenge Fun’Ethic ?

J’ai récemment suivi une formation certifiante intense et très complète, en marketing digital dans laquelle le Social Media était abordé.
Suite à cette formation, j’ai eu l’occasion d’exploiter mes connaissances acquises lors d’une mission de consulting pour une start-up spécialisée en création de site internet. Cette mission m’a permis de proposer une stratégie de marketing digitale essentiellement tournée vers le SEO, Search Engine Optimization, et dans une moindre mesure en SEA, Search Engine Advertising.
Avec le Challenge Fun’Ethic, j’ai pu aborder spécifiquement le SMO, Social Media Optimization, que je n’avais pas eu l’occasion de mettre en pratique depuis ma formation.
Quoi de plus excitant que de tester ses connaissances et de monter en compétence en conditions réelles !

 

 

Selon toi, quel est le réseau à privilégier pour diffuser des vidéos à vocation virale et pourquoi ?

Aucun réseau n’est à écarter à partir du moment où il a été défini comme intéressant dans la stratégie globale. Un réseau social peut performer plus qu’un autre mais au final, c’est la complémentarité et la synergie de la portée et des profils d’utilisateurs qui fait le succès, selon moi, d’une campagne de Social Media.
Également, les posts organiques ET sponsorisés doivent être considérés comme ayant chacun une fonction spécifique à un moment donné de la campagne.

 

 

Comment perçois-tu le travail en équipe sur ce projet ? Comment cela se passe-t-il ?

Le travail en équipe est le reflet d’une réalité d’entreprise. Cela nous permet de nous répartir les tâches, de nous enrichir par la complémentarité de nos savoirs et d’envisager des solutions auxquelles nous n’aurions pas pensé seul.

 

Quel trait de ton caractère colle réellement au profil de « web-marketer » ?

La curiosité. J’aime le défi de tester de nouvelles choses et d’être capable de m’ajuster selon les résultats de mes « expérimentations ».

 

Comment envisages-tu le webmarketing dans les 3 prochaines années ?

Difficile de le dire tellement l’évolution des pratiques est fulgurante. Et c’est ce mouvement perpétuel qui rend le sujet si intéressant. Attendons le prochain algorithme Google dans les semaines ou mois à venir pour en rediscuter ! 😉

Le profil Linkedin d’Emmanuelle ici !

 

Roxana NUTA :

 

Roxana NUTAQu’est ce qui t’a motivée à participer au Challenge Fun’Ethic ?

De nos jours, nous pensons qu’un produit bio de qualité doit être cher… Fun’Ethic prouve bien que ce n’est pas forcément le cas. En plus j’ai testé et approuvé les produits beauté proposés par la marque ! Alors je pense que la marque Fun’Ethic mérite d’être connue, et savoir que je suis pour quelque chose dans ce Buzz Média… c’est que de bonheur 🙂

 

Selon toi, quel est le réseau à privilégier pour diffuser des vidéos à vocation virale et pourquoi ?

Facebook gagne à coup sûr : le nombre d’inscrits, le nombre d’inscrits actifs, et c’est sur Facebook que nous passons le plus de temps, nous partageons des publications, nous passons nos vies sur Facebook ! A mon avis, Youtube perd de plus en plus de sa valeur, d’autant plus, aujourd’hui l’intégration des vidéos se fait directement sur Facebook, donc plus besoin de passer par Youtube ou autres médias sociaux…

Comment perçois-tu le travail en équipe sur ce projet ? Comment cela se passe-t-il ?

Les 3 autres filles sont géniales, nous sommes les 4 Fantastiques ! On se complète toujours, c’est un travail en osmose.

 

Quel trait de ton caractère colle réellement au profil de « web-marketer » ?

Mon état d’esprit très dynamique.

 

Comment envisages-tu le webmarketing dans les 3 prochaines années ?

Le client aujourd’hui est devenu omnicanal : sous l’influence des réseaux sociaux (le fameux ZMOT), de la mobilité, de la géolocalisation et d’une connexion désormais permanente, il s’informe avant de passer à l’achat. Donc, nous sommes de plus en plus dépendants de l’internet, des applications, des gadgets, etc., nous vivons une ascension permanente des tendances digitales.
Alors, les métiers dans le webmarketing ne font que suivre les demandes d’un client « affamé » d’informations liées à un produit et/ou service, pour savoir pertinemment le type d’offre à lui proposer.

Le profil Linkedin de Roxana ici !

 

Marie WALDT :

 

 

Marie WALDTQu’est ce qui t’a motivée à participer au Challenge Fun’Ethic ?

Tout d’abord la marque, j’ai une grande affinité avec les produits bio, écologiques et éthiques. Le secteur des cosmétiques est un secteur qui m’attire donc je me suis dit que ce serait une expérience intéressante pour ma carrière professionnelle. Je suis d’ailleurs ravie d’avoir découvert Fun’Ethic, d’avoir testé leurs produits et d’avoir participer à leur développement grâce à nos actions.
Ensuite mettre en pratique mes nouvelles compétences digitales, réfléchir à la meilleure stratégie digitale pour atteindre l’objectif, allouer un budget adéquat sur chaque levier, réfléchir en équipe, analyser les résultats et savoir réagir pour affiner et modifier notre stratégie si nécessaire.
Et enfin le goût du challenge : 6 semaines, 3 vidéos, objectifs de 20.000 vues / vidéo. Objectifs atteints en 4 semaines ! Nous sommes fières !

 

Selon toi, quel est le réseau à privilégier pour diffuser des vidéos à vocation virale et pourquoi ?

Le meilleur réseau est Facebook car la vidéo est directement téléchargée dessus, nous pouvons contrôler facilement les vues.
Sur Instagram et Twitter nous sommes obligées de renvoyer sur un autre réseau donc perdons forcément des fans car il faut faire une action : cliquer.
Sur Youtube : les pubs sponsorisées que nous avons testées n’ont pas donné de bons résultats.

 

Comment perçois-tu le travail en équipe sur ce projet ? Comment cela se passe-t-il ?

Nous ne nous connaissions que très peu avant de faire le challenge, nous nous sommes donc découvertes au fur et à mesure, avec nos différents caractères. L’organisation et le dispatch des tâches sont assez fluides, les réunions sont parfois animées ! Nous sommes en tout cas rapidement d’accord sur les stratégies et complémentaires car certaines connaissent plus certains leviers que d’autres. Donc une expérience enrichissante professionnellement et humainement.

 

Quel trait de ton caractère colle réellement au profil de « web-marketer » ?

Je dirais réactive car sur le web tout va plus vite qu’en off line, on peut contrôler en temps réel l’effet d’une campagne et du coup il faut être réactive pour l’ajuster si besoin.

 

Comment envisages-tu le webmarketing dans les 3 prochaines années ?

Il va se développer encore et encore et proposer de nouvelles solutions pour mieux toucher et fidéliser clients et prospects. Peut-être avec des outils pour mieux les connaitre et leur proposer des services encore plus adaptés, via les mobiles et objets connectés. Des services web-to-store VIP avec des offres sur mesure , des échantillons adaptés…
Peut-être que Google perdra un peu de son monopole et que Yahoo ou autres s’imposeront en mettant d’autres outils en place.

Le profil Linkedin de Marie ici !

 

Soizic BERTHELOT :


Soizic BERTHELOTQu’est-ce qui t’a motivée à participer au Challenge Fun’Ethic ?

Lors de ma formation en marketing digital, j’avais choisi de travailler le projet de stratégie digitale d’une jeune société évoluant dans la cosmétique bio et naturelle, secteur que je n’avais jusque là jamais appréhendé. Ça m’a beaucoup plu, alors quand est venue la proposition de participer au challenge Fun’Ethic, j’ai tout de suite dit oui ! Ça allait être l’occasion à la fois de développer mes connaissances en e-marketing, d’enrichir mon expérience terrain, cette fois-ci en équipe, et de « vibrer » à nouveau pour un projet original, plein de gaieté et orienté bio !

Selon toi, quel est le réseau à privilégier pour diffuser des vidéos à vocation virale et pourquoi ?

Plusieurs semaines se sont écoulées depuis le début du challenge et il est clair que c’est Facebook, le grand gagnant de notre stratégie social media ! Quel que soit le type de contenu diffusé, il reste de toute manière le réseau social le plus influent et comptant le plus d’utilisateurs au monde. Ensuite, la vidéo, au même titre que l’image, est connue comme un superbe boosteur d’audience, d’engagement voire de conversion. Et Facebook apparaît comme étant le meilleur diffuseur de vidéos sur le net, lorsque l’internaute ne se rend pas directement sur YouTube

 

Comment perçois-tu le travail en équipe sur ce projet ? Comment cela se passe-t-il ?

Ce projet est l’occasion tout d’abord de se connaître davantage, après la formation que nous avons suivie durant l’été. Dès le début, l’enthousiasme et l’envie de contribuer à la réussite de la marque Fun’Ethic se sont faits ressentir. Nous avons discuté leviers e-marketing, objectifs, organisation et avons élaboré la stratégie de viralisation qui allait être déployée sur 2 mois. Parfois bien sûr, les avis étaient partagés mais très vite, une solution était décidée à l’unanimité. Ce projet a développé encore plus, je pense, notre sens de l’organisation (rires) et des responsabilités, et nous a solidarisées autour d’un projet super boostant !

 

Quel trait de ton caractère colle réellement au profil de « webmarketer » ?

Dès notre rencontre avec Martine et Olaf, les fondateurs, il a fallu réfléchir très vite à une stratégie et à des moyens à mettre en œuvre sur un temps imparti. Mon côté spontané, réactif et organisé a pu donc être mis à contribution ! De plus, j’aime analyser les choses qui m’entourent en général, ce qui est essentiel pour un webmarketeur qui devra analyser nombre d’indicateurs afin d’élaborer sa stratégie ou d’optimiser ses campagnes, par exemple. Il doit également être créatif, imaginatif et curieux, qualités que je me plais à exploiter depuis que je suis petite.

 

Comment envisages-tu le webmarketing dans les 3 prochaines années ?

L’avènement d’Internet a amené les consommateurs à modifier leur façon de… consommer ! Sans aucun doute, la tendance à la mobilité va continuer à s’accentuer et lorsque je vois ce que les grandes enseignes technologiques sont capables d’inventer aujourd’hui, je n’ose même pas imaginer dans quelques années. Au niveau de ma carrière professionnelle, j’ose me voir à un poste à responsabilités dans ce domaine. Je vais de ce pas analyser mon horoscope, histoire d’avoir les clés en mains pour élaborer ma stratégie professionnelle sur 5 ans. 😉

Le profil Linkedin de Soizic ici !

 

 

 

 

 

  • Pour aller  + loin, voici les liens vers les 3 vidéos #Elleapasfaitça :

 

 

 

    • Être Ado :

https://youtu.be/jrPV2ToU4k8

    • Avoir 20 ans :

https://youtu.be/RTrx99uApDM

    • Vivre ses 30 ans :

https://youtu.be/vsG5xYp7crk

Shares 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *