Moi, Moche et Bon : une initiative anti-gaspi alsacienne

Aujourd’hui, c’est la sortie du film d’animation Moi, Moche et Méchant 3 ! Nous irons sûrement le voir avec les enfants – les minions sont tellement mignons ! – mais c’est surtout l’occasion pour nous de vous présenter un projet made in Alsace avec un nom qui sonne comme un clin d’œil : Moi, Moche et Bon ! 😄

 

Ce n’est pas un film d’animation mais une production  ̶h̶o̶l̶l̶y̶w̶o̶o̶d̶i̶e̶n̶n̶e̶ alsacienne d’un jus de fruit artisanal et naturel. Chez eux, rien ne se perd ! Les pommes moches (espérons qu’elles ne se vexeront pas), destinées à être jetées, sont récupérées et transformées en jus. Des fruits et que des fruits : chez Moi, Moche et Bon, aucun conservateur, colorant, ni sucre ajouté ! 👍

 

À l’initiative de ce projet anti-gaspi local, trois jeunes alsaciens : Thomas, Jérémy et Séverin.

Nous avons eu l’occasion d’échanger sur le sujet avec l’un des fondateurs, Séverin. On vous raconte tout !

Comment est né Moi, Moche et Bon ?

À l’origine, ce sont trois amis de longue date et étudiants à l’EM de Strasbourg ♥ (67) : Thomas, Séverin et Cagri. En décembre 2015, Cagri part pour de nouvelles aventures et c’est Jérémy qui arrive pour compléter l’équipe. C’est une véritable « bande de potes » !

 

« Tout a commencé dans le cadre scolaire » ! Le projet est né en janvier 2015 d’une équipe issue d’une formation axée sur l’apprentissage par l’action et le leaderdship des étudiants afin de créer de vrais entreprises en équipe. L’école strasbourgeoise est donc le début d’une très belle aventure pour les trois amis. Séverin nous a d’ailleurs confié : « On ne les remerciera jamais assez« .

 

Pourquoi ce nom ? Un lien avec un célèbre film d’animation ?

Une fois l’entreprise créée, il a fallu trouver un nom et c’est très rapidement que Moi, Moche et Bon a vu le jour. Leur volonté était d’apporter « une image de marque enfantine, légère et populaire, sans discours moralisateur« .

 

Séverin souligne bien qu’il n’y a aucun lien avec un célèbre film d’animation, si ce n’est que le nom. « C’est impactant et ça marche super bien » ! Et chez Fun’Ethic, on est bien d’accord ! 😊

 

Tout comme chez Fun’Ethic, local & éthique sont les bases de leur jeune Start’Up…

De nombreux points similaires à ceux de notre marque de cosmétique BIO, éthique et 100% fabriqué en Alsace nous ont poussés à aller découvrir Moi, Moche et Bon d’un peu plus près 🙂

 

L’anti-gaspi, c’est leur « véritable motivation, la valeur qui les a réuni » ! Mais avant tout, le naturel, l’artisanat et le local sont des valeurs qu’ils défendent personnellement. Attachés à « l’économie locale et au savoir-faire alsacien« , c’est « très naturellement » que leur entreprise a vu le jour en plaçant éthique et local au premier plan. Des valeurs que toute la Team Fun’Ethic partage au quotidien !

 

Où peut-on trouver leurs produits ?

Amis alsaciens, nous nous adressons principalement à vous ! Très présent à Strasbourg et ses alentours, vous retrouverez également quelques points de vente entre Saint-Louis (68) et Colmar (68).

 

Aujourd’hui, il y a plus de 20 points de vente en Alsace. Pour toutes les infos, on vous donne RDV sur leur page Facebook 😉

 

On parle de pommes. Mais est-ce que d’autres fruits pourront bientôt se sentir beaux grâce à Moi, Moche et Bon ?

« Ce n’est pas à l’ordre du jour, pour des raisons financières, mais quand cela sera possible, oui » ! L’idée n’est pas de se limiter aux pommes, mais de développer le concept avec d’autres fruits et légumes.

 

Séverin nous a d’ailleurs raconté une petite anecdote. Un producteur de clémentines corses a entendu parler du concept Moi, Moche et Bon et a contacté l’équipe dans le but de « créer un produit ensemble« . Malheureusement, le produit n’a pas pu être produit à grande échelle et commercialisé parce que « trop cher« .

 

Pour le moment, on se régale avec leur jus de pomme ! 😊

 

Des envies ? Des rêves particuliers pour l’avenir ? 

Lorsqu’on pose cette question à Séverin, il nous répond instantanément que l’un des rêves de Moi, Moche et Bon est de « réussir à faire comprendre à la grande distribution et grâce aux consommateurs et à leurs valeurs, qu’ils faut laisser les clients juger sur le goût et non plus sur le visuel« . Le rêve ultime serait de « faire disparaitre les écarts de tri dans la grande distribution. Mais s’il n’y a plus d’écarts de tri, il n’y aura plus d’équipe Moi, Moche et Bon non plus« .

 

Souhaitons-leur donc de pouvoir développer leurs produits et leur concept à plus grande échelle ! 🙂

 

 

 

Photos : moimochebon.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *